Amandine Renaud, marraine du salon des sciences du Vendômois

Publié par Jf Ortemann, le 22 octobre 2018   140

Xl img 0716

Amandine Renaud, Primatologue, Doctorante

Après avoir été bénévole dans des programmes de protection des grands singes en Afrique, Amandine a suivi un Master de recherche en primatologie au sein de l’Université de Roehampton, à Londres. Intéressée par divers domaines tels que la communication, la cognition, c’est vers la conservation qu’elle se tourne rapidement. Sa première étude porte d’ailleurs sur les capacités d’adaptation de chimpanzés – victimes de braconnage – réintroduits en milieu naturel (étude basée sur les comportements sociaux et alimentaires). Elle intègre ensuite l’équipe du Max Planck en 2010 en devenant manager du site de recherche des bonobos sauvages et habitués dans le Parc National de la Salonga. Après avoir travaillé pour une association africaine (recherche de financement, communication, sensibilisation), elle se lance dans la création de son propre projet : P-WAC, dont elle est la fondatrice et actuelle présidente. Elle débute également une thèse en anthropologie de la nature, avec l’Université de Lyon 2. L’objectif de cette thèse est d’appréhender le regard de la communauté féminine congolaise sur les grands singes, le tout, étant basé au sein même du projet P-WAC : cette étude débutée avant même la construction des infrastructures permet de prendre en compte toutes les parties impliquées dans le projet de conservation P-WAC, afin de mieux comprendre et de résoudre les conflits humains-faune sauvage.