Publication de Claudio R. Lazzari dans la revue Science

Publié par Université de Tours, le 10 février 2020   130

Xl paludisme

Le professeur Claudio Ricardo Lazzari, chercheur à l'Institut de Recherche sur la Biologie de l'Insecte (IRBI, UMR université de Tours - CNRS 7261), vient de publier un article dans la prestigieuse revue internationale Science. Il y aborde la question des moustiques vecteurs du paludisme, véritable enjeu de santé publique.

Dévastateur, le paludisme cause 435.000 morts chaque année dans le monde. Les enfants de moins de cinq ans sont les plus vulnérables face à cette maladie infectieuse et ne représentent pas moins de 61% des décès dus au paludisme. À l’origine, le parasite Plasmodium est prélevé par les moustiques femelles Anopheles gambiae sur un sujet infecté. Les parasites se reproduisent et se développent ensuite dans l’organisme de l’insecte, qui inocule les parasites dans le sang de la personne qu’elle pique lors de son repas suivant.

Spécialisé dans la compréhension des adaptations des insectes au mode de vie hématophage, le professeur C.R. Lazzari vient de publier un article intitulé « In the heat of the night » (littéralement « Dans la chaleur de la nuit ») ce vendredi dans la revue Science. Il y analyse la façon dont les moustiques, vecteurs du paludisme, localisent et reconnaissent les vertébrées à sang chaud, hôtes potentiels, grâce à des cellules sensorielles qui leur permettent de recevoir en permanence des diagnostics thermiques de leur environnement. Si la question de la thermoréception a été relativement peu étudiée jusqu’à lors du point de vue de la biologie, elle ouvre aujourd’hui des pistes de recherche et, à long terme, un espoir de contrôle de ces maladies dévastatrices à transmission vectorielle.

Références
« In the heat of the night », Claudio R. Lazzari Science 367 (6478), 628-629.
DOI: 10.1126/science.aba4484
http://science.sciencemag.org/content/367/6478/628