Quand la fête de la science se met au numérique…

Publié par Université de Tours, le 10 décembre 2020   120

Xl actuweb

Au printemps 2020, la France est en état d’urgence sanitaire et découvre un mode de vie confiné. Les évènements scientifiques sont alors repoussés voire annulés, en nombre. C’est dans ce contexte si particulier que se pose la question du maintien de la Fête de la Science et du Village des Sciences, qui devait exceptionnellement avoir lieu à l’université de Tours (Site Deux Lions), à l’occasion des 50 ans de l’établissement.

       

Maintenir en l’état ? Trop risqué : nous n’étions pas à l’abri d’une décision d’annulation de dernière minute, d’autant que les spécialistes semblaient prédire une seconde vague à l’horizon de l’automne.
Reporter ? Impossible : la Fête de la Science est un rendez-vous annuel incontournable, qui a toujours lieu début octobre.
Annuler ? Inenvisageable : chaque année, les enseignants-chercheurs attendent cet évènement de vulgarisation avec impatience, l’occasion de partager avec le public leur enthousiasme pour les sciences, les techniques et les innovations.
 

L’université de Tours innove et réinvente le format du village des sciences sur Tours

Forts de ce constat, nous avons repensé le format de l’évènement dans sa globalité. Un seul impératif : conserver le caractère grand public de la Fête de la Science et ses valeurs phares que sont le partage, la créativité, la convivialité et la responsabilité.

Le partage
Il permet aux citoyens d'échanger avec la communauté scientifique en découvrant ou en questionnant des savoirs, des techniques, des innovations et en laissant place au débat sur des enjeux sociétaux.

La créativité
A la base de l'activité des chercheurs, mais aussi de celle des médiateurs, elle permet de s'adapter, de concevoir des formats ou des recherches innovantes et de réaliser des projets et des découvertes parfois inattendus.

La convivialité
Indispensable pour permettre un dialogue constructif et pour favoriser les échanges entre scientifiques et citoyens dans la tolérance et la bienveillance. La fête de la science est populaire, divertit, surprend et propose des activités ludiques.

La responsabilité
Avec humilité et détermination, elle renforce la confiance des citoyens en la science et encourage le développement de l'esprit critique. Participer à la fête de la science, c'est aussi lutter contre toute forme de discrimination en favorisant la diversité.
 

Les acteurs investis

   
Le service communication de l’université et Centre Sciences commencent donc à élaborer un format de la Fête de la Science inédit, quasi-exclusivement tourné vers le numérique.
Très rapidement, la Direction de la Production Numérique et Multimédia (DPNM) est intégrée au volet Village des Sciences et oriente le projet en fonction des possibilités et contraintes techniques. Ces trois entités vont ainsi travailler main dans la main au montage de ce beau projet.
S’y ajoutent également quelques acteurs moteurs, dont l’ambassadeur régional de cette édition 2020, David Giron, Directeur de Recherche 1ère classe CNRS, Directeur de l'Institut de Recherche sur la Biologie de l'Insecte (IRBI) et Responsable Réseau Thématique de Recherche EntomoCentre. David s’est avéré tant enthousiaste qu’investi dans la communication et le bon déroulement de l’évènement.
De même, Valentine Delattre, youtubeuse et animatrice du Village des sciences, et Pierre Gibert, dessinateur, qui ont très tôt été conviés aux réunions majeures et ont ensuite contacté les intervenants en amont, afin d’échanger sur les sujets qui seraient abordés en plateau.
Enfin, les responsables de laboratoires, référents communications, audiovisualistes et enseignants-chercheurs, ont joué un rôle essentiel en se mobilisant de différentes manières : création de vidéos et de contenus textuels, jeux, réponses à des questions du grand public, visites de laboratoires, intervention en plateau.
Les doctorants, comme d’habitude étaient également dans les vidéos pour s’initier à ces supports.
 

Le programme

Au vu du support utilisé, il nous semblait pertinent de proposer des formats assez courts pour capter le public, suffisamment long pour approfondir un sujet et débattre et varier les thèmes et les sujets pour satisfaire le plus grand nombre.
Le choix des contenus a été proposé en rapport avec le thème 2020 : Planète Nature. 

   

De cette synergie émerge donc :
- Des visites de laboratoires en biologie végétale et animale, en archéologie et en médecine et programmes Les tournages des visites et du jeu ont été réalisé en amont du direct.
- Des débats animés sur la pollution, le changement climatique, la Covid 19
- Des expériences en direct à refaire chez soi
Des jeux et jeux concours en ligne 
- La possibilité de poser des questions à des chercheurs (Pose ta question) 
- La valorisation de contenus multimédias préexistants 
On s’est aperçu que beaucoup de reportages étaient déjà existants à proposer en partage.

Un Village des sciences numérique animé par Valentine Delattre, youtubeuse, combinant 3 formats majeurs : visites virtuelles de laboratoires, échanges thématiques transdisciplinaires, expériences.
La création d’un site web dédié, la mobilisation des réseaux sociaux de l’université et de Centre Sciences, ainsi qu’une campagne publicitaire importante (affichage, presse, radio, TV, établissements scolaires) ont permis de mobiliser le public et d’encourager les interactions avec les chercheurs. 

Pour le direct, quelques chiffres :
- un direct de près de 6h heures, du jamais vu !
- 10 personnes mobilisées pour la logistique et la technique
- 16 intervenants sur les 4 visites de laboratoires puis échanges en direct, 4 débats, 3 expériences, …
- une dizaine de dessins en direct réalisés par Pierre Gibert pour accompagner les débats du direct.

   
 

Les retombées immédiates 

- plus de 2000 vues cumulées 30 jours après la diffusion de l'événement en direct
- 11 minutes 45, le temps de visionnage moyen
- 249 messages sur le tchat du direct
- Spectateurs simultanés pendant la diffusion en direct : pic de 83 vues simultanées
 

Conséquences sur le long terme

Si cette édition de la Fête de la Science 2020 a reçu l’accueil espéré, elle a également été l’occasion de consolider un tissu d’acteurs de la culture scientifique locale, aux compétences hétéroclites.
La plupart des acteurs qui ont l’habitude de participer à la fête de la Science ou qui ont prévu étaient présents en distanciel ou en présentiel. De nouveaux outils et plateforme ont donc été testé avec succès.

Rendez-vous dons l’année prochaine en 2021 pour les 30 ans de la fête de la science du 1er au 11 octobre.