[RécréaSciences] - Pourquoi le mois de février a-t-il 28 ou 29 jours ?

Publié par Centre•Sciences, le 1 mars 2024   1.9k

Dans le calendrier, nous connaissons tous l’alternance des mois à 30 et 31 jours. Sauf pour le mois de février qui est tantôt à 28 et tantôt à 29 jours. Alors d’où vient cette particularité, quelle est l’origine de notre calendrier ?

L’origine est complexe et remonte au calendrier primitif romain sous Romulus et la fondation de Rome. Ce premier calendrier de 304 jours était basé sur les phases de la Lune avec 10 mois. On trouve un indice dans les noms des mois ; septembre était le 7e, octobre le 8e, novembre le 9e et décembre le 10e mois. Ce qui faisait commencer l’année avec le mois de mars, puis le mois d’avril "Aprilus" (le second), le mois de mai pour la déesse de la croissance "Maïa", le mois de juin "Junius" pour la déesse Junon. Le 5e mois était "Quintilis" qui deviendra juillet et le 6e était "Sextilis" qui deviendra août.

Le passage de 10 mois à un calendrier pré-julien de 12 mois s’est produit vers 450 av. J.-C. en rajoutant 2 mois "Januarus" et "Februarus". Les nombres pairs étant considérés comme néfastes les mois alternaient en 29 et 31 jours sauf février qui avait 28 jours mais il était consacré aux morts.
Les romains avaient donc une année de 355 jours. Cette année n’était pas tout à fait en accord avec la Lune et pas du tout avec le Soleil puisqu’il manquait 10 jours. Les Romains choisirent alors d’ajouter alternativement un mois "Mercedonius" de 22 ou 23 jours tous les 2 ans qui était placé entre le 23 et 24 février !

Ce mois supplémentaire était une source de corruption et sous les conseils de l’astronome égyptien Sosigène, Jules César imposera un nouveau calendrier, le calendrier Julien de 365 jours et un 366e jour tous les 4 ans. Ce jour supplémentaire était placé avant le 24 février à l’endroit même du mois Mercedonius dans l’ancien calendrier. Le 24 février portait le nom de sexto ante calendas (Le 6e avant les calendes de mars) et celui-ci était doublé d’où le nom de bis sexto ante calendas martis qui donnera le mot bissextile.

La durée des mois sous Jules César était donc :

En son honneur on donna son nom au mois Quintilis qui devint Julius (Juillet).

La réforme du calendrier fût mal comprise et l’empereur Auguste modifia le calendrier. En son honneur le mois Sextilis devint Augustus (août).
Comme il n’était pas possible d’avoir un mois moins long pour Auguste que pour Jules César, on aligna la durée à 31 jours. On modifia alors la durée des mois suivants afin d’éviter d’avoir trois mois consécutifs de 31 jours et on ramena le mois de février à 28 ou 29 jours. Ce qui donna le calendrier actuel :

Les années sont dites bissextiles si celles-ci sont divisibles par 4 comme 2020, 2024 et prochainement 2028.
L’année bissextile du calendrier Julien est basée sur 3 années à 365 jours et une année à 366 jours soit une moyenne de 365,25 jours.
Hors l’année tropique qui marque le retour des saisons dure en réalité 365,24219 jours et pas 365,25. Cette différence s’est amplifiée pendant des siècles conduisant au 16e siècle à une erreur de 10 jours entre le calendrier et les saisons. Ainsi sous le pape Grégoire XIII une réforme en 1582 rattrapa les 10 jours transformant le calendrier Julien en calendrier Grégorien.
Pour éviter que cette erreur ne se reproduise, les années séculaires comme 1700, 1800, 1900 bien que divisibles par 4 ne seraient pas bissextiles. Seules les années séculaires divisibles par 400 le seraient comme 1600, 2000 et prochainement 2400 !

La construction des calendriers est complexe et varie selon les cultures. Certaines ont choisi de suivre la Lune, d’autres le Soleil ou parfois les deux. La construction des calendriers fait appel aux mathématiques aux aspects culturels et fait preuve d’ingéniosité et d’ajustement.

Pour en savoir plus  : La saga des calendriers ou le frisson millénariste" par Jean Lefort, Edition Pour la Science 1998


Illustration de Une : Pixabay