Enquête par code-barres ADN sur les abeilles sauvages urbaines dans la vallée de la Loire, France

Publié par EntomoCentre, le 3 mars 2021   360

Irene  Villalta, Romain Ledet, Mathilde Baude, David Genoud, Christophe Bouget, Maxime Cornillon, Sébastien Moreau, Béatrice Courtial et Carlos Lopez-Vaamonde travaillent sur le  projet POLLEN. Ce projet est financé par la Région Centre-Val de Loire et vise à mener une enquête par code-barres ADN sur les abeilles sauvages urbaines dans la vallée de la Loire. Au total, 157 espèces sont présentes dans la région, dont 36 (22,93 %) dans des zones très urbanisées.

Ce projet a été mis en place suite au constat du déclin actuel des abeilles sauvages. Ce déclin met en péril d'importants services écosystémiques tels que la pollinisation. Des programmes d'inventaire et de surveillance sont nécessaires pour comprendre les causes du déclin des abeilles sauvages. Une surveillance efficace des insectes repose à la fois sur des méthodes de piégeage de masse et sur des identifications rapides et précises. L'identification des abeilles sauvages en utilisant uniquement leur morphologie peut être difficile, en particulier pour les spécimens issus de piégeages de masse qui sont souvent en mauvais état. Au total, 2931 codes-barres ADN ont été générés, représentant 157 espèces et 28 genres. La délimitation automatisée des groupes révèle 172 BIN (Barcodes Index Numbers). Au total, 36 espèces (22,93 %) ont été trouvées dans des zones fortement urbanisées. La majorité des spécimens, représentant 96,17 % des espèces codées par des codes-barres, forment des groupes mutuellement exclusifs, ce qui permet de les identifier sans ambiguïté. Parmi ces groupes figurent plusieurs espèces étroitement apparentées, notoirement difficiles à identifier. Au total, 137 espèces (87,26 %) présentent une correspondance "un à un" entre une espèce nommée et l'attribution du BIN. Quatorze espèces (8,92 %) présentent des lignées congénitales profondes sans différenciation morphologique apparente. Seules deux paires d'espèces partagent le même BIN, ce qui rend leur identification par le seul code à barres de l'ADN incertaine. Par conséquent, notre bibliothèque de référence des codes-barres ADN permet une identification fiable par des non-experts pour la grande majorité des espèces d'abeilles sauvages dans la vallée de la Loire.


Plus d'informations: https://www.nature.com/articles/s41598-021-83631-0