Cerami°K, le monde des sciences à haute température

Publié par Centre•Sciences, le 11 janvier 2021   230

Xl ceramik titre

Les céramiques constituent l’ensemble des matériaux non-métalliques et non-organiques. Présentes partout dans notre quotidien, les céramiques ont de nombreuses propriétés extraordinaires dont certaines sont utiles à l’industrie. Cette technologie millénaire est toujours au cœur de l’innovation. Aujourd’hui, elle est utilisée dans les composants électroniques des ordinateurs et des smartphones, dans les pots catalytiques des voitures, dans les turbines des avions …    

Le développement des réfractaires contribua à la révolution industrielle. Ces céramiques supportent des hautes températures, elles créent les conditions nécessaires pour la fusion du métal et du verre à l’échelle industrielle, pour la fabrication du coke, du ciment, de la chimie et d’autres céramiques. De nombreuses recherches sont en cours pour mieux comprendre le comportement des céramiques réfractaires à hautes températures, leurs interactions avec l’acier en fusion...  

Athor est un programme européen de recherche universitaire et industriel qui étudie particulièrement les céramiques réfractaires utilisées dans les poches d'acier en fusion dans la sidérurgie.

L’exposition Cerami°K, le monde des sciences à haute température s’intéresse à une famille particulière : les réfractaires. Ils sont caractérisés par leur capacité à préserver leur fonctionnalité au-dessus de 1500°C. De la chimie, de la thermique, de la mécanique et du numérique, cette exposition interactive est pluridisciplinaire et invite à découvrir et comprendre les sciences des hautes températures et leur application dans la production d’acier. Elle est réalisée en partenariat avec les enseignants-chercheurs, les doctorants, des universités et des industriels du projet Athor et de la filière.

Bilingue Français-Anglais, elle sera présentée dans les différents pays européens partenaires du projet Athor : France, Allemagne, Pologne, Portugal, Autriche, Pays-Bas… et a également bénéficié du soutien du ministère de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation.