Valorisation de la richesse végétale de la Région Centre-Val de Loire pour une meilleure aviculture

Publié par Centre INRAE Val de Loire, le 21 avril 2020   350

Xl p pins raisin 2

Même si les progrès en sélection génétique ont apporté des réponses nouvelles à la fin du XXIème siècle, la diversité du monde vivant reste le gisement essentiel de produits et de services pour notre espèce. L’humain n’est qu’un maillon parmi tant d’autres dans la complexité de l’écosystème planétaire. Le respect et la connaissance de la biodiversité sont enfin reconnus comme les pièces maîtresses de notre futur et surtout de celui des générations à venir.

Biodiversité végétale de la région

La biodiversité est omniprésente et elle signe chaque territoire d’une certaine authenticité. La région Centre-Val de Loire présente une biodiversité qui lui est propre (17% du territoire inscrit en zone Natura 2000). De la vallée de la Loire, classée au patrimoine mondial de l’Unesco, aux massifs forestiers d’Orléans, ou aux grandes zones humides de Sologne et de Brenne (3000 étangs en réserves naturelles), la région Centre-Val de Loire compte près de 10% de la superficie en zone humide nationale (stratégie régionale pour la biodiversité, région Centre 2015).

En 2016, le Conservatoire botanique national du Bassin parisien (CBNBP) a recensé plus de 3000 espèces végétales en région Centre-Val de Loire. Parmi celles-ci, certaines sont endémiques à un lieu précis comme la Caldésie à feuilles de Parnassie dont 90% de l’effectif français se trouve en Brenne.

Valorisation de la biodiversité végétale

La richesse de la diversité végétale de notre région nous donne accès à une mine de principes actifs à fort potentiel. Ces molécules ou extraits peuvent être utilisés dans différentes applications : pour une alimentation plus saine, pour des cosmétiques, ou encore pour de la pharmacologie, voire dans d’autres domaines encore. Afin de faciliter la valorisation de ces ressources végétales, le collectif ValBiodiv-CVL3 a été créé. Ce collectif regroupe des spécialistes de nombreux domaines qui, ensemble, initient des démarches sur plusieurs horizons. C’est-à-dire que chercheurs, agronomes, horticulteurs, gestionnaires de la nature, entrepreneurs et bien d’autres, travaillent collectivement à la construction de schémas d’économie circulaire aux bénéfices de tous et du territoire. La Valorisation est intimement liée à l’Innovation et à la Protection par et pour le végétal local. Cela constitue la démarche V.I.P. soutenue par le collectif ValBiodiv-CVL.

Les vertus des plantes pour la santé et le bien-être ne sont plus à démontrer. L’utilisation bénéfique de fruits rouges gorgés d’antioxydants a montré un intérêt pour lutter contre les stress, les agressions extérieures ou le vieillissement (Vicente and Boscaiu, 2018). La biodiversité végétale est à deux pas de chez nous. Elle est une incroyable opportunité pour exploiter des solutions naturelles, de proximité et respectueuse du monde végétal qui nous entoure.

Ainsi sont nés les projets Oxyferti et Prevadi. Ces projets, financés par la région Centre-Val de Loire et portés par l’équipe SENSOR1 du Centre INRAE Val de Loire, tentent d’améliorer la fertilité des volailles grâce aux vertus des plantes notamment en enrichissant leur alimentation à l’aide de sous-produit de raisin. Les études menées ont permis de mettre en avant l’intérêt d’un coproduit du raisin, issus du terroir local (Barbe et al., 2020). Ce co-produit peut avantageusement être utilisé dans l’alimentation des volailles.

Naissance des projets Oxyferti et Prevadi

En région Centre-Val de Loire, la production de volailles est principalement positionnée sur les segments de grande qualité (labels, poulets fermiers). Ces segments sont les plus aptes à intégrer des matières premières produites localement. Les performances de reproduction des poulets à destination de la production de viande sont encore trop souvent négligées et conduisent à obtenir des poussins un peu plus chétifs et un peu moins vigoureux. Ces problèmes sont associés à un stress un peu plus important pendant les périodes de reproduction mais aussi liés aux besoins énergétiques nécessaires pour la fertilité et la ponte. Actuellement, pour remédier à cette problématique, l’utilisation de complexes antioxydants, basés sur des minéraux ou des vitamines tels que la vitamine E, sont incorporés à l'alimentation mais ces molécules sont des produits synthétiques et reviennent également chers à l’achat. Nos projets ont permis d'identifier plus de 50 molécules antioxydantes issues de plantes de la région. Parmi ces plantes, le raisin a montré un profil tout particulièrement intéressant par sa richesse moléculaire, son activité antioxydante et anti-inflammatoire, sa biomasse et son coût accessible pour une utilisation sur le terrain.

Oxyferti et Prevadi, c’est quoi ?

C’est avant tout l’identification de molécules naturelles présentes dans les écosystèmes de la région Centre-Val de Loire et qui présentent une efficacité nutritionnelle lorsqu’ils sont incorporés dans l’alimentation animale. Pour cela, l’équipe SENSOR a testé sur des cellules cultivées in vitro un panel de molécules naturelles identifiées par la société GreenPharma. La toxicité mais aussi les effets bénéfiques, tels que la limitation des effets du stress, ont fait partie des critères qui ont été mesurés (Barbe et coll 2019). Plusieurs molécules sont sorties du lot comme le Resvératrol ou la Proanthocyanidine, molécules présentes dans le raisin, cher à notre région !  L’utilisation d’un extrait de pépin de raisin, qui contient environ 90% de Proanthocyanidine, en tant que complément alimentaire pour des élevages de poules est apparu.

Ces travaux prometteurs révèlent que nous pouvons développer des alternatives à l’utilisation de produits synthétiques et valoriser des filières régionales courtes dans le but de manger plus sainement et avec une meilleure éthique. Ces molécules naturelles ne sont plus disponibles que pour l’homme mais montrent qu’elles peuvent être aussi utilisées dans les élevages agricoles.

Jeremy Grandhaye1, Alix Barbe1, Patrice André2, Joelle Dupont1, Pascal Froment1

1 unité mixte de recherche Physiologie de la reproduction et des comportements (INRAE, Université de Tours, CNRS, IFCE)

2 Botanicosm'éthic (Neuville aux bois)

3 ValBiodiv-CVL est un collectif formé en 2015, né du Pôle DREAM (Pôle dédié à la Durabilité de la Ressource en Eau Associée aux Milieux). Il rassemble différents acteurs liés à la protection, à l’innovation et à la valorisation à partir de la biodiversité végétale.

Références

Barbe A, et coll., Effects of Grape Seed Extract and Proanthocyanidin B2 on In Vitro Proliferation, Viability, Steroidogenesis, Oxidative Stress, and Cell Signaling in Human Granulosa Cells. Int J Mol Sci. 2019 Aug 28;20(17).

Barbe A, et coll., A grape seed extract maternal dietary supplementation in reproductive hens reduces oxidative stress associated to modulation of plasma and tissue adipokines expression and improves viability of offsprings Plos One 2020.

Grandhaye et coll., Microbiota changes due to grape seed extract diet improve intestinal homeostasis and fatness in parental broiler hens (soumis).

Vicente, O.; Boscaiu, M. (2018). Flavonoids: Antioxidant Compounds for Plant Defence... and for a Healthy Human Diet. Notulae Botanicae Horti Agrobotanici Cluj-Napoca. 46(1):14-21