APR-IR IRIS - Témoignage de Coralie Mousset

Publié par Jean-Michel Escoffre, le 15 février 2022   210

Coralie Mousset a été recrutée en tant que Technicienne de Recherche sur le projet APR-IR IRIS. Elle a travaillé sous la direction de Valérie Gouilleux-Gruart (EA GICC/Université de Tours) et Jean-Michel Escoffre (iBrain/Inserm/Université de Tours).

Mon parcours universitaire et professionnel

J’ai commencé mon parcours universitaire par une année de PACES à l’université de Poitiers. Suite à cette année, j’ai finalement repris des études plus techniques : le DUT génie biologique, option analyse biologique et biochimique à l’IUT de Tours. Après l’obtention de ce diplôme, j’ai poursuivi avec la licence professionnelle de biologie analytique et expérimentale, option santé humaine et animale (IUT de Tours). Ces formations m'ont permis d’acquérir des solides connaissances théoriques et pratiques en biologie. Cette formation m’a permis d’être plus polyvalente dans chaque métier que j’ai exercé par la suite.

Tout d’abord, j’ai été technicienne sur la plateforme COVID du laboratoire AB0+ de Chambray-lès-Tours. Après 6 mois, j’ai eu l’opportunité de travailler au sein de l'unité Inserm, UMR 1253, iBrain, Université de Tours. J’ai été recrutée dans le cadre d’un projet de recherche en tant que technicienne de recherche en biologie in vitro et in vivo. Aujourd’hui, je suis technicienne de recherche en anatomie et cytologie pathologiques dans le service d’anatomopathologie du CHRU de Tours.

Mon travail dans le cadre du projet

L’objectif général du projet vise à valider une stratégie de délivrance de plasmide codant l’interleukine-12 par sonoporation dans un modèle murin de mélanome. Cette stratégie doit permettre de stimuler la réponse immunitaire contre le mélanome.

Dans le cadre de ce projet de recherche, mon travail a consisté à mettre en place des techniques de biologie analytique et expérimentale (ELISA, culture cellulaire, modèle murin de mélanome) afin de déterminer l’efficacité de la stratégie thérapeutique précédemment citée.

Lors de cette étude, j’ai produit et purifié des plasmides (codant la luciférase ou l’interleukine-12) dans des bactéries chimiocompétentes. Puis, j’ai vérifié l’expression de ces plasmides dans des cellules de mélanome B16F10 après sonoporation de ces dernières. J’ai mis en place et validé un test ELISA pour détecter la production et la sécrétion de l’interleukine-12 dans le milieu de culture cellulaire.

Dans la continuité de ce travail, j’ai contribué à l’élaboration d’un modèle murin de mélanome. J’ai également participer à l’optimisation d’un protocole de sonoporation pour la vectorisation in-vivo du plasmide codant la luciférase. La croissance des tumeurs a été suivie par échographie alors que l’expression de la luciférase a été suivie par imagerie de bioluminescence.

En plus de mon activité de recherche, j’ai eu la responsabilité de la salle de culture, de la gestion des stocks et commandes inhérentes au projet de recherche.

Ce que j’ai apporté au projet

Ce projet a pu bénéficier des compétences théoriques et pratiques que j’ai acquises lors de ma formation universitaire à l’Université de Tours. Cette formation m’a permis d’être rapidement autonome et efficace dans mon travail. J’ai pu apporter des réponses constructives lors de la réalisation du volet in-vitro du projet (e.g., mise au point du test ELISA et du test de viabilité cellulaire). Sur le volet in-vivo, j’ai apporté un soutien technique efficace aussi bien avant, pendant et après les expériences.

Ce que le projet m’a apporté

Le projet m’a permis d’acquérir de nouvelles connaissances scientifiques (mélanome, immunothérapie, délivrance de médicaments) et compétences techniques (sonoporation, imagerie ultrasonore et de bioluminescence). Il m’a permis de prendre pleinement conscience de mes capacités, d’exploiter mes connaissances à leur maximum et d'être plus sûre de moi. Sur le plan scientifique, il m’a fait découvrir une facette que je ne connaissais pas de la recherche comme l'ingéniosité, la curiosité, la volonté de découvrir et d’aller encore plus loin dans nos raisonnements.

Aujourd’hui, ce projet et plus globalement cet emploi de technicienne financé par la Région Centre-Val de Loire a été très bénéfique. Il a fait de moi une personne plus ambitieuse et qui sait ce qu’elle est capable de faire. Il a été un véritable tremplin pour obtenir un poste en CDD de technicienne en recherche au CHRU de Tours, qui devrait devenir à terme un CDI.

Je remercie les acteurs du projet pour la confiance qu’ils m’ont accordée. C’était un réel plaisir de faire équipe avec vous !