Plantaclim : un projet régional sur les services rendus par les plantations forestières, dans le contexte du changement climatique

Publié par Amélie Robert, le 18 avril 2021   850

Cliché : A. Robert, 2018


Financé par la région Centre-Val de Loire (2021-2024), le projet Plantaclim vient d’être lancé ! Son ambition est d’identifier les services rendus par les plantations forestières (pineraies et peupleraies) et de proposer des solutions pour les maximiser dans le contexte du changement climatique.

 

Plantaclim – « Maximiser les services des (re)plantations forestières dans le contexte du changement climatique » – est porté par le laboratoire CITERES (CItés, TERritoires, Environnement et Sociétés, Sylvie Servain et Amélie Robert), qui est une unité mixte de recherche interdisciplinaire de l’université de Tours et du CNRS, dont l’objectif scientifique principal est l’analyse des dynamiques spatiales et territoriales des sociétés (http://citeres.univ-tours.fr/).


Figure 1 : Plantation de pins maritimes dans le Bourgueillois (37), lieu de chasse - Cliché : A. Robert, 2020


Aux côtés de CITERES, 14 partenaires sont impliqués dans Plantaclim :

 

  •  4 partenaires académiques

INRAE (UR Ecosystèmes forestiers, Nogent-sur-Vernisson) - en charge de l’étude sur la biodiversité floristique et coordinateur de la tâche 3

EA 1207 LBLGC (Laboratoire de biologie des Ligneux et des Grandes Cultures, Orléans) - en charge de l’étude sur la biodiversité faunistique et les ravageurs

UMR 7327 ISTO (Institut des Sciences de la Terre d’Orléans) - en charge de l’analyse sur la qualité des sols et le fonctionnement des biogéosystèmes et coordinateur de la tâche 2

MSH Val de Loire - impliquée dans les tâches 1 (état des lieux et typologie des peupleraies et pineraies) et 5 (réalisation d’un documentaire).

 

  • 10 partenaires socio-économiques

Arbocentre (devenu Fibois Centre-Val de Loire) : association régionale dont la mission est de développer les marchés du bois, d’accompagner le développement des entreprises et de stimuler une gestion productive et environnementale de la forêt en région Centre-Val de Loire

ONF : Office nationale des forêts, EPIC en charge de la gestion des forêts publiques (représentée par le directeur de l’Agence Val de Loire)

CRPF : Centre régional de la propriété forestière d'Île-de-France et du Centre-Val de Loire, chargé de conseiller les propriétaires forestiers, en vue d’une gestion durable des forêts privées

Duramen : association régionale de mécénat environnemental pour une gestion forestière durable en région Centre-Val de Loire

Peupliers du Centre-Val de Loire : association régionale conseillant les populiculteurs

Association des Entrepreneurs de travaux forestiers Centre Val de Loire : association régionale réunissant les entrepreneurs, dont l’activité se centre sur la sylviculture et les reboisements

SEPANT : Société d’étude, de protection et d’aménagement de la nature en Touraine, association départementale qui se centre sur l’étude et la protection de l’environnement

PNR Loire Anjou Touraine : Parc naturel régional qui, selon la Loi Paysage, a pour mission de préserver les patrimoines naturels, paysagers et culturels, tout en contribuant aussi à l’aménagement du territoire, au développement économique, social et culturel et à la qualité de la vie

A2RC : Association d’agroforesterie de la région Centre-Val de Loire, association régionale dont l’objectif est de promouvoir et coordonner le développement de l’agroforesterie dans la région

Centre Sciences : association qui a pour mission de faire partager les sciences et les techniques à tous les habitants de la région Centre-Val de Loire

A ces partenaires s’adjoint, lors des réunions du comité de pilotage, la DAGREF (Direction de l'Agriculture et de la Forêt) de la région Centre-Val de Loire.

 

Figure 2 : Peupleraie à Bréhémont (37) - Cliché : A. Robert, 2018


Figure 3 : Fabrication de contreplaqué à partir de bois de peuplier - Cliché : A. Robert, 2018


L’équipe impliquée fait le pari que les plantations forestières sont amenées à jouer un rôle croissant à l’avenir. En effet, dans le contexte du changement climatique, elles apparaissent comme un moyen d’atténuation à deux niveaux. D’une part, les arbres plantés participent à la séquestration et au stockage du carbone. D’autre part, exploités, ils offrent des possibilités d’évitement des émissions de CO2 puisque leur bois permet de produire des matériaux dits bio-sourcés, qui plus est locaux, qui vont se substituer à d'autres matériaux plus énergivores, comme le béton. Les plantations forestières sont aussi un moyen d’adaptation plus rapide de la végétation présente localement mais les espèces plantées devront elles-mêmes s’adapter (manque d’eau, risques accrus : parasites, incendies…). Leur présence et leur devenir se heurtent à des freins et obstacles que Plantaclim ambitionne d’identifier et de dépasser, en s'intéressant aux plantations forestières de la Région Centre-Val de Loire, à partir de l'exemple des pineraies et des peupleraies. Le choix de ces plantations n’est pas anodin : concentrées dans les vallées, les peupleraies devraient se maintenir ; quant aux pineraies, ce sont plus particulièrement celles formées de pins maritimes que nous considérons dans la mesure où leur plantation se développe désormais localement, notamment face au dépérissement des chênes et parce que l’on pourrait assister à une "méditerranéisation" de la Région Centre-Val de Loire.

 

Le projet se décompose en 4 axes de recherche principaux.

- Le premier axe vise à dresser un état des lieux des (re)plantations forestières étudiées dans la région Centre-Val de Loire et à l’échelle de sites qui feront l’objet d’une étude approfondie dans les axes 2 et 3. La présélection de ces derniers a été validée par les partenaires : ont été retenues les forêts de Vierzon (18), d’Orléans (45) et du Bourgueillois (37) pour les pins maritimes ; les communes de Rivarennes, Bréhémont, Cheillé, Azay-le-Rideau (37), Buzençais, La Chapelle-Orthemale, Villedieu-sur-Indre (36) et la vallée du Loing (45), pour les peupliers.

- L’axe 2 se consacre à l’étude des sols, de la biodiversité et des ravageurs sur les mêmes parcelles, choisies sur les sites, auxquelles s’ajoutent d’autres proposées par Duramen. Des relevés ou prélèvements seront réalisés, suivis d’analyses, afin d’identifier les caractéristiques environnementales des plantations étudiées.

- L’axe 3 s’intéresse aux dimensions économiques et culturelles, à l’échelle régionale et en se focalisant sur les mêmes sites. Il s’agira de dresser un état des lieux de l’offre et de la demande en bois dans la Région et d’identifier les activités de loisirs et la manière dont les plantations sont perçues, en questionnant l'influence de leur localisation et des modes de plantation, gestion et exploitation (coupes dites rases).

- Les recherches conduites dans les axes 2 et 3 seront croisées. Elles serviront de base pour proposer, dans l’axe 4, des scénarios d’adaptation aux changements climatique et socio-économique en cours : ils devront permettre de répondre aux attentes de la société (désir de nature), de limiter les impacts négatifs sur l'environnement et les paysages, d’encourager le recours aux matériaux locaux bio-sourcés, afin de concourir à asseoir l'avenir de la filière dans la Région, en l'inscrivant dans la durabilité. Tel est l’ambition de Plantaclim.

 

Vous pourrez suivre l’avancement du projet Plantaclim sur son site internet : https://plantaclim.univ-tours.fr/